Hypnose Douleur

Hypnose et Ostéopathie dans troubles de la fécondité. Infertilité Inexpliquée, PMA, FIV...

Hypnose à Paris. FIV, PMA, Infertilité inexpliquée

Hypnose Thérapeutique et Ostéopathie.... Valérie TOUATI-GROSS est ostéopathe DO et Hypnothérapeute. Exerce à Paris dans ses 2 cabinets 75004  et 75011.

Extrait de l'interview donnée début 2016, soit 6 mois après le Congrès Mondial d'Hypnose de Paris...

Editorial « En mouvement ». Sophie COHEN

Chères lectrices et chers lecteurs, c’est avec grand plaisir que j’ouvre le numéro 42 de notre revue « Hypnose et Thérapies Brèves ». Je profite de cet espace pour saluer le travail effectué par mes prédécesseurs et remercier Daniel Renson qui me confie la direction de la Revue.

Un nouveau rapport INSERM sur l’hypnose. Antoine Bioy

ANALYSE CRITIQUE

L’unité Inserm U669, dirigée par le Pr. Bruno Falissard, s’intéresse aux problèmes de santé mentale dans une perspective de santé publique.

A la demande du ministère de la Santé (Direction générale de la Santé), cette unité de recherche a pour mission d’évaluer diverses pratiques thérapeutiques dites « non conventionnelles ». Elle a déjà publié plusieurs rapports (mésothérapie, chiropratique, biologie totale, ostéopathie, auriculothérapie, acupuncture…).

De la douleur vers l'endormissement. Antoine Bioy

Commençons en signalant que l’intérêt de l’hypnose en douleur continue de se confirmer : Tan et ses collègues (2015) abordent le chapitre des dorsalgies chroniques.
Trois groupes sont constitués
(séances sur 3 mois) :
- 8 séances de biofeedback ;
- 8 sessions d’apprentissage de l’autohypnose;
- 8 sessions d’apprentissage de l’autohypnose avec des enregistrements d’aide pour les sessions à domicile ;
- 2 sessions d’apprentissage de l’autohypnose avec des enregistrements d’aide pour les sessions à domicile et un appel téléphonique par semaine pour rappel des exercices à effectuer.
 

Douleur et souffrance. Dr Alain VALLEE

Dr Alain VALLEE

Congrès Hypnose et Douleur Quiberon 2012

Le problème de la douleur chronique n’est pas tellement la douleur. De nombreux malades supportent très longtemps leur douleur tant que celle-ci ne les empêche pas d’être à la hauteur de leurs valeurs de vie (être un bon père, être un bon employé, etc.) et qu’à ce moment-là, la frustration, voire la honte de ne pas être à cette hauteur, se mêlant à la peur de la disqualification sociale et à la honte du sentiment d’échec personnel, provoquent une perturbation émotionnelle présente tant au niveau de leurs idées (indignité, faiblesse, impuissance, honte, etc.) qu’au niveau de leurs sensations corporelles, (noeud, de blocage respiratoire, etc.).