Hypnose et Thérapies Brèves n°33 Edito du Dr Thierry SERVILLAT, Rédacteur en Chef

QUI EST ÉRICKSONIEN ?

C’est le printemps, et nous sommes en pleine effloraison éricksonienne ! De nombreux instituts éricksoniens divers et variés continuent de voir le jour, des livres éricksoniens de paraître, des sites de praticiens éricksoniens d’être mis enligne. Les éricksoniens en font des tonnes…Mille tonnes comme m’avait suggéré mon logiciel de dictée vocale à qui je m’étais confié au sujet du Magicien du Désert !

Après nous être réjouis, dans plusieurs éditoriaux de notre revue, de la vigueur du mouvement hypnotique dans notre pays, et singulièrement, de la progression des idées et des pratiques éricksoniennes, nous souhaitons, en continuant de nous réjouir, nous interroger un peu. Mais qu’est-ce qu’être éricksonien, le grand Milton ayant dit : « Ne cherchez pas à faire du Erickson (et pas « Eric sonne », n’en déplaise à mon logiciel susmentionné), faites du vous-même » ? Admettons que cette question se pose logiquement. Si l’on se définit comme éricksonien, il importerait logiquement de savoir définir le qualificatif en question ! Allons voir sur internet ! En tapant « Éricksonien définition », nous trouvons… un premier site dont le lettrage est celui des films d’horreur. Je vais sur la page d’accueil pour savoir qui s’en occupe. Rien. Il s’agit uniquement d’un forum, anonyme donc ? Mais qui fait - quand même - de la publicité à un institut connu pour “former” n’importe qui à l’hypnose thérapeutique. Les pseudos des auteurs de « posts » sont variés, des noms d’animaux dotés de qualificatifs surprenants, comme « musaraigne gentille ». L’intérêt pour l’hypnose rapide y est prononcé. Il y a aussi un lien pour trouver des hypnothérapeutes. Je regarde sur ma région. Je ne connais personne. Et aucun des hypnothérapeutes mentionnés ne semble avoir de diplôme reconnu par l’Etat. Aucune référence non plus à une accréditation ARS. Faudrait-il simplement payer pour figurer ?

Deuxième essai. C’est « moins pire ». Les références à Erikson semblent exactes. L’accent est mis sur la permissivité. Pourquoi pas, même si le lecteur d’HYPNOSE & Thérapie Brèves sait que cela est plus subtil. Je clique quand même sur le bandeau publicitaire en haut du site. J’arrive sur une page esthétiquement bien faite, et qui cite longuement Erickson. Je vais à l’accueil. Il semble que nous soyons chez une seule personne, contrairement aux apparences. Pas de diplôme non plus, et une référence à une structure qui se réclame d’Erickson. Une structure connue aussi pour “former” n’importe qui. En bas, il y a le logo de cette structure. Des liens d’argent existent donc probablement. Par acquis de conscience, je vais voir un troisième site qui rabat sur des formations pour lesquelles il est impossible de savoir qui les organise ni qui les anime.

Internet ne serait pas la meilleure source d’information ? Allons voir ce que nous propose le site du plus grand libraire en ligne. Je tape « hypnose éricksonienne ». Figure en premier un livre de PNL. Un bon livre, connu. Mais enfin, la PNL, si utile au demeurant, n’est pas l’hypnose ! Un deuxième essai me propose un livre sur des protocoles hypnotiques, par quelqu’un qui ne paraît encore une fois détenir aucun diplôme particulier. Dire qu’Erickson pensait nécessaire une thérapie différente pour chaque patient ! Je fuis donc ces protocoles pour un troisième et dernier essai : le site me propose le Traité pratique de l’hypnose, de Milton lui-même, et d’Ernest et Sheila Rossi. C’est (beaucoup) mieux. Mais l’on admettra que ce n’est quand même probablement pas le meilleur livre pour comprendre ce qu’est l’approche éricksonienne, ni donc pour savoir comment définir ce qu’est ce type d’hypnose.

Faudrait-il renoncer ? Faire comme inculte, ce mouvement littéraire au nom provocatif qui définit sa ligne comme une absence de ligne ? On sent tout de suite combien l’entreprise tournerait au risible. Car Milton Erickson a bien souhaité concevoir une hypnose renouvelée, enrichie, nous sommes nombreux à en être convaincus et à l’enseigner. Et nous essayons d’en être des artisans, justement sans nous prendre pour des artistes. Oui, il est possible de définir ce qu’est l’approche éricksonienne de l’hypnose et de la thérapie, sans pour autant concevoir un dogme qui enfermerait. Bon nombre d’entre nous s’y emploient depuis de nombreuses années, particulièrement au sein de la CFHTB et son projet de certification de praticien en hypnose clinique et notre revue essaie d’y contribuer !


Dr THIERRY SERVILLAT
Psychiatre. Pratique l’hypnose et les thérapies brèves au CITI de Rezé (près de Nantes).
Président de l’Institut Milton H. Erickson de Rezé (Nantes).
Ancien président de la CFHTB. Formateur et conférencier.
Coordinateur et co-auteur de Psychothérapies : une approche plurielle (Masson).
Rédacteur en chef d’HYPNOSE & Thérapies brèves.

http://www.rime44.com/

http://www.hypnose-ericksonienne.org/Intistut-Milton-H-Erickson-de-Reze-44_a472.html


Pour lire la suite, et vous abonner à la Revue, Cliquez ici

 

 

Les herbes folles. Dr Patrick BELLET
CONTRIBUTION À LA NATURE VÉGÉTALE DE L’HYPNOSE. Digressions à la manière d’un road-movie sur la pratique de l’hypnose, entre académisme et sérendipité. C’était une journée banale. Je devais me rendre dans un hôpital pour une conférence. Après un démarrage un peu matinal, la route départementale me mène de Vaison jusqu’à l’autoroute à Bollène. La routine. L’arrivée au péage. Ralentir, s’arrêter, prendre le ticket. La barrière qui se lève. Première, seconde, troisième.
 

 

Récits et formes en douleur chronique

Par Fanny MILLER, avec la contribution de Pierre-Henri GARNIER
L’ACTEUR RÉSEAU « HYPNOSE ». Non seulement écouter le patient douloureux chronique, mais observer son langage lorsqu’il raconte sa rencontre avec l’hypnose. Tel a été le sujet d’une recherche menée par une jeune psychologue avec l’aide d’un logiciel d’analyse de mots.
 

 

 

Harcèlement professionnel
Par Guillaume DELANNOY, Grégory LAMBRETTE. APPROCHE PRAGMATIQUE ET INTERACTIONNELLE. Voir autrement une situation bien souvent décrite en terme de blocage. Les auteurs nous proposent ici de considérer le harcèlement au travail comme une interaction dans laquelle la victime devient active et permet qu’un processus vivant modifie la donne.
 

 

Préparation mentale par la PNL. Guy MISSOUM
POUR PERFORMER PARFAITEMENT. Fille de l’hypnose, la PNL reste une pratique vivace dans certains domaines comme la préparation sportive. Spécialiste reconnu, l’auteur en présente les principaux outils utilisés. Développée initialement dans les domaines de la thérapie et de l’optimisation de la vie quotidienne, la PNL s’est très vite répandue dans l’univers de l’entreprise.

 

 

 

Musique et hypnose. Catherine ELIAT
LA VOIE DU SON ? Aspirant à devenir « pianesthésiste », Catherine Eliat approfondit ici une méditation sur l’utilisation de la musique hypnose, particulièrement dans la prise en charge de la douleur aigüe chirurgicale. Un texte qu’elle fait progresser piano appassionata. Dès ma première formation à l’hypnose, en 2007, à Emergences avec Claude Virot, et alors que parallèlement je reprenais un contact intensif avec la musique, je me suis interrogée sur les liens entre la pratique de l’hypnose dans le soin, et la pratique instrumentale ou vocale des musiciens.
 

Milton Erickson. Penser à la main. Dr Thierry Servillat

Juhani Pallasmaa est architecte et finlandais. Il vient de publier un livre dont le titre fait immédiatement écho à tout praticien utilisant dans son travail l’approche d’Ernest Rossi : La main qui pense. Original dans la forme (car abondamment illustré, comme notre revue, d’images en noir et blanc qui éclairent considérablement le propos), il l’est aussi dans son projet : « (…) souligner les mécanismes relativement inconscients de la pensée et de la création qui sont à l’oeuvre chez l’écrivain, l’artiste, l’artisan ou l’architecte ».
 

 

 

“Pour le moins”. Dr Stefano COLOMBO Quiprocquo, Malentendu et Incommunicabilité 33

Pour le moins c’est clair !En moins de temps qu’il n’en faut pour le lire, j’ai eu la sensation, pour ne pas dire la conviction, que je vaux moins que zéro, à moins que...Prenons les mathématiques : moins et moins cela fait plus. Sauvé ! J’ai volé deux pommes, et la vieille dame s’est retrouvée avec deux pommes en moins, le lendemain j’ai récidivé. Elle avait encore deux pommes en moins, et moi, j’en avais quatre en plus. Simple non ? Moins deux et moins deux donne quatre.
 

 

 

Actualités scientifiques. Antoine BIOY
Commençons par les actualités dans le soin. Kamen et coll. (2014) confirment l’intérêt de l’hypnose dans les nausées et vomissement liés à la chimiothérapie chez les patients atteints de cancer (avec l’avantage très formel de ne pas nécessiter de matériel et que le patient peut apprendre l’autohypnose et donc pratiquer seul). Toujours dans le cancer, une étude prospective de Paquier et coll. (CHU de Poitiers) montre l’intérêt d’une séance d’hypnoanalgésie accompagnant la photothérapie dynamique (traitement de lésions cancéreuses ou précancéreuses).
 

 

 

Milton Erickson.La réalisation du Magicien du désert
Contributions de Roxanna ERICKSON-KLEIN, Alexander VESELY, Mary CIMILUCA. 
Traduction Thierry SERVILLAT.Le film Magicien du désert, réalisé par Alexander Vesely, est un film sur le Dr Milton Erickson. Il parle à la fois de l’histoire de cet homme remarquable, et des profondes impressions que celui-ci était capable de provoquer en un instant. C’est l’histoire de l’impact qu’il a eu sur des personnes et sur le métier psychothérapeutique en pleine évolution. Les personnes ayant cette capacité sont rares et leur propre histoire est singulière.
 

 

A propos du réseau « Hypnose et Maternité »
Par Isabelle BARGELE, Armelle TOUYAROT. Pourquoi un article d’information sur le réseau « Hypnose et maternité » dans la rubrique « billet d’humeur » ? Il semble que ce soit courant d’associer « humeurs » et maternité… Humeurs fluctuantes en raison notamment de leur rapport avec les hormones. Revenons au dictionnaire : Humeur : du latin humor, liquide. Disposition affective de base dont les variations entre une tonalité agréable (pôle du plaisir) et une tonalité désagréable (pôle de la douleur) seraient sous-tendues par une régulation neuro-humorale (Larousse).